BG
CINEMA >
EVENEMENTS >
ACADEMIE >
Les choeurs d'Opera Mauritius

L’Opera Mauritius Choir a été créé en 2009 pour la première saison d’Opera Mauritius par la soprano allemande Katrin Caine. Formation d’une soixantaine d’amateurs enthousiastes et motivés souhaitant partager une passion pour le chant, tous se réunissent une fois par semaine pour les répétitions, dès au moins six mois avant le festival. Beaucoup d’entre eux avaient peu d’expérience du chant au moment d’intégrer la chorale, mais ont impressionné autant le public que les critiques avec la qualité de leurs interventions artistiques. Les chœurs reçoivent une formation vocale de niveau professionnel, qui n’a non seulement inspiré le haut niveau des prestations, mais aussi le développement personnel d’individus doués.

L’Opera Mauritius Choir a occupé le devant de la scène pendant Les Pêcheurs de Perles en 2009 comme pour Carmen en 2010, chantant aux côtés d’une pléiade d’artistes professionnels et accompagné du Cape Philharmonic Orchestra. En mars 2011, le chœur a été invité à se produire pour quatre concerts à l’occasion de la Fête de l’Indépendance de l’Île Maurice par le Ministère des Arts et de la Culture et le Bureau Culture et Avenir du Premier Ministre, et se prépare actuellement pour La Traviata en octobre.

Le Opera Mauritius Children’s Choir a lui été formé pour Carmen et est composé d’une quarantaine de membres. Ce chœur a aussi participés aux concerts de la Fête de l’Independance en mars 2011 et se prépare pour participer à l’opéra Hansel et Gretel, une production d’Opera Mauritius, en juillet 2011.

Les deux chœurs sont dirigés par la soprano allemande Katrin Caine, Directrice du Programme de Formation Vocale et du Programme des Jeunes Artistes d’Opera Mauritius. Katrin Caine est assisté par les répétiteurs Paul Wilmot et Cyril Joseph.

Ceux désireux d’intégrer l’une ou l’autre chorale sont invités à contacter Katrin Caine afin d’organiser une audition.

« La performance du choeur mauricien est l’une des agréables surprises de cette production »
L’express, 12 sept 2010